Enfant portant un handicap

Enfant portant un handicap

Deux possibilités s’offrent à votre enfant,
adaptées à son âge, ses envies, ses “compétences” et ses besoins :

Des séances individuelles, avec ou sans moment sur le dos du poney.

Des séances inclusives, au milieu d’enfants dits “ordinaires”.
La séance est menée par une monitrice d’équitation.
J’accompagne tout particulièrement votre enfant, dans sa participation aux jeux proposés.
Il sera très valorisé de faire partie d’un petit groupe (3-4) d’enfants non handicapés!

 

Dans les deux situations, la médiation par le poney permet :

– le développement de la sphère sensorielle,

– une meilleure prise de conscience du schéma corporel,

– une amélioration de la capacité de concentration
et l’apprentissage de la canalisation de son énergie,

– des progrès dans les aptitudes relationnelles,

– l’amélioration du repérage dans l’espace.

 

Voici les moyens  pour atteindre ces objectifs:    

Le cheval appelle naturellement à  développer le sens du toucher via les caresses sur la totalité de son corps.
Ce contact chaud, doux et agréablement odorant, est une grande source de plaisir et d’apaisement.
La sphère sensorielle est ainsi stimulée dans le plaisir.

Le portage permis par le cheval apporte des sensations uniques.

Monter à cheval permet ainsi de redécouvrir son corps.
Sur un cheval au pas, le buste de l’enfant se redresse par réflexe.
Ses jambes bougent au rythme de celles du cheval, alors que l’enfant est assis, porté, soutenu.
Assis sur le dos du cheval, l’enfant réussira à trouver son équilibre sur l’animal en mouvement.

Le temps du pansage (brossage du cheval) permet de travailler sur les parties du corps,
en comparant le corps du cheval à celui de l’humain, en désignant puis nommant celles-ci.
De plus, le cheval est un être qui possède un langage uniquement corporel.
Ce qui nous demande d’être très attentif à notre langage corporel, afin de bien nous faire comprendre du cheval.
Ainsi, les chevaux invitent les enfants à être vigilants concernant leur posture corporelle, afin d’envoyer des messages clairs.

Si l’enfant souhaite que le poney coopère,
il est obligé de se concentrer sur la situation présente,
il doit être dans l’ici et maintenant.
Le jeu relationnel entre l’enfant et le poney va donc inciter l’enfant à se concentrer sur ce qui se passe dans le moment présent.

De plus, le poney ne comprendra qu’une consigne corporelle clairement émise.
Ce qui incitera l’enfant à se concentrer pour maîtriser ses gestes.
Un enfant agité peut inquiéter le cheval, qui va alors choisir de s’éloigner.
L’enfant aura tout intérêt à se poser s’il veut jouer avec le cheval.

Le cheval étant beaucoup plus gros et donc plus fort que l’humain, il n’est pas souhaitable de rentrer dans un rapport de force avec lui.
Il est plus constructif d’obtenir sa coopération.
C’est donc l’occasion pour l’enfant d’apprendre à

développer ses compétences relationnelles envers un  être vivant non jugeant, avant de les transposer sur l’humain.

Le poney, par sa douceur tactile et de caractère, appelle l’envie de le câliner.
L’enfant peut ainsi donner libre cours à ses élans d’affection et pourra en recevoir également de la part de l’animal.
Si l’enfant choisit toujours le même poney, il pourra ainsi tisser des liens affectifs
et il aura également l’occasion de s’en montrer responsable, en le soignant régulièrement chaque semaine.
L’enfant ne sera plus la personne soignée, mais la personne soignante.
Ce qui est très valorisant pour l’enfant, cela favorise une meilleure estime de Soi.

Enfin, les jeux effectués soit dans le manège qui est un lieu contenant,
soit dans l’espace ouvert de la carrière, soit sur l’ensemble de la ferme,
amèneront votre enfant à améliorer ses repères dans l’espace.

admin7946

Leave your message